Raoul Nordling



Menu

 

Raoul Nordling
Sauver Paris
Mémoires du consul de Suède (1905-1944)

Édition établie par Fabrice Virgili

Inconnu pour les plus jeunes, vague souvenir à la réminiscence incertaine pour les autres, le visage de Raoul Nordling se dessine enfin à l'évocation du film Paris brûle-t-il ? Parmi d'autres images – Parisiens sur les barricades, chars de la 2ème DB, soldats allemands prisonnier, Paris libéré -, c'est l'interprétation par Orson Welles du rôle du consul de Suède.

En réalité, lors de la libération de Paris en août 1944 Raoul Nordling est intervenu sans répit. Il a empêché déportation ou l'exécution de milliers de prisonniers détenus par l'occupant, a négocié une trêve entre la résistance et les Allemands et a tout fait pour dissuader von Choltitz, commandant du Gross-Paris, d'appliquer l'ordre formel  de Hitler de détruire la capitale.

Voici les mémoires, rédigés en 1945 et pourtant jamais publié, de celui que l'on surnomma parfois " le sauveur de Paris ". Témoignage exceptionnel d'un représentant d'un pays neutre au cœur de la guerre. A Paris en septembre 1914 comme en août 1944, à Stockholm lors de la guerre russo-finlandaise, sur la côte norvégienne lors du débarquement franco-britanique en avril 1940, à Vichy quand les armées d'invasion allemande y parviennent en juin 1940, il est à chaque fois présent.

Sa neutralité n'est ni de l'indifférence ni de la lâcheté mais bien une conviction, le choix d'un engagement dont on peut suivre ici le cheminement.